étapes d'une vie (première partie : 1921-1965)  

Paul Collomb peintre-graveur  

(Oyonnax, 1921 - Paris, 2010))

L'homme

biographie

1921-1965

1966-1980

depuis 1981

expositions

dans les musées

distinctions

bibliographie

 

 

1921-1948

Paul Collomb naît le 8 octobre 1921 dans l'Ain à Oyonnax. On notera qu'il est venu à Paris, en 1938, pour étudier le dessin en suivant des cours à l'Ecole des Arts Appliqués. Après la Libération, il entre aux Beaux-Arts à Paris, Atelier Souverbie, travaille et vit avec sa femme à « La Ruche » où il a trouvé un atelier.

Voyage en Tunisie.

Parallèlement, il travaille à l'atelier et en 1948 au Salon des Moins de Trente ans, il expose La Femme à la Lampe.

1949-1954

Sa peinture qui était, jusque-là, marquée par la fascination qu'exerçaient sur lui Braque et Picasso va s'en détacher car Paul Collomb se rend compte du danger de ces influences trop fortes et, pour garder son indépendance, entreprend de revenir à une étude directe de la nature, c'est-à-dire au travail sur le motif.

En 1950, il présente un Nu au Fauteuil au Salon de la Jeune Peinture et les Trois Nus aux Indépendants. Il concourt pour le Prix de Rome et obtient le Premier Second Grand Prix.

 

 Autoportrait, 1943, gouache (63 x 54 cm)

" Autoportrait peint la nuit, à la lumière électrique, à la gouache, à Dantzig, pendant la guerre. Peinture faite du coup, violente dans sa traduction (peut-être en partie à cause de l'éclairage de nuit ?). Mais à coup sûr aussi violence due à l'époque, à la jeunesse - et à l'intensité avec laquelle j'essayais de traduire la vie "

actualités   Le peintre  -  Le lithographe  -  sommaire  

 contact

 

 accueil 

 

© ADAGP © NANGA

 

En 1951, il poursuit sa collaboration au Salon de la Jeune Peinture, fait partie d'ailleurs du Comité, obtient le Prix Fénéon, Prix de la Casa Velasquez. L'Andalousie (Malaga, Grenade, Séville) lui permet de travailler efficacement. Il séjourne ensuite à Tolède, Salamanque et, en juin, expose un ensemble d’oeuvres à Madrid. Il rentre en France pour le Salon d'Automne : Paysage de Tolède.

En 1953, il est invité par les Peintres Témoins de leur Temps (Le Dimanche). Sa passion pour l'Espagne est si forte qu'il retourne y travailler pendant l'été puis part, en octobre, pour Amsterdam, où, pendant un an, il est pensionnaire de l'Institut Français, à la Maison Descartes.

En juin, le Musée d'Utrecht organise une exposition de 50 de ses oeuvres sur la Hollande et l'Espagne.

1955-1960

Il est invité au Musée de Besançon comme Lauréat de la Critique parisienne. Il est nommé sociétaire du Salon d'Automne (Le Repos dans l'Herbe).

1958, le Goûter sous les Arbres (Salon de La Jeune Peinture) est acquis par la Ville de Paris.

1959, il expose un ensemble de pastels et de dessins à la Galerie Sagot-Le-Garrec, à Paris, en mai pendant que l'International Gallery de Chicago le présente en mars-avril parmi les Maîtres Français Contemporains. Il est invité à Chartres et séjourne pendant l'été sur la côte normande à Yport. Il assure une très importante exposition à Chicago, en octobre : 50 peintures, 20 pastels, 10 dessins.

En juillet, il obtient le Grand Prix de la Ville de Nîmes.

1961-1964

Exposition particulière : 30 toiles sur deux thèmes : danseuses et arbres, Galerie Lorenceau, à Paris ; il est à Comparaisons, au Salon d'Automne, à l'Institut Néerlandais.

1962, l'International Gallery organise une exposition particulière à Chicago : 40 toiles, 20 pastels et dessins.

1964, il est invité de nouveau aux Peintres Témoins de leur Temps (L'Amour). Il rentre à Paris et retrouve le philosophe Lucien Goldman avec lequel il s'était lié d'amitié pendant son séjour à l'Institut Français d'Amsterdam. Participe au groupe international d'Art Figuratif au Japon.

1965

En février, expose au Salon des Peintres Témoins de leur Temps, thème « Le pain et le vin ». Une toile, Le Déjeuner des vacances, est reproduite en couleurs dans le catalogue.

Sur le même style de composition que Le Déjeuner des vacances, il exécute une grande toile : Le Déjeuner des amis avec les portraits de George Besson, Jacqueline Bret-André, des peintres Bardone, Jacques Petit et son épouse, son ami le docteur Maigne (Musée de Besançon).

En octobre, exposition particulière à Paris, Galerie Sagot-le-Garrec « Aquarelles et dessins » avec une préface de George Besson.

 

1921 naissance

1947 mariage

1950 Premier Second Grand Prix de Rome

1951 Casa Velasquez à Séville

Cliquez pour mieux voir l'aquarelle

Descente de Croix,  Séville, 1952, aquarelle (20 x 14 cm)

 

1953 Maison Descartes à Amsterdam

1955 naissance de son fils Pierre

1959 premier texte de George Besson